Le cauchemar abominable infligé à notre mamie Honey

Dimanche 14 août, une flaque de sang se trouve dans le parc des chevaux, devant le râtelier. Nous auscultons tous les animaux de ce parc et nous voyons une entaille à côté de la vulve d’Honey. En voulant nettoyer et désinfecter la plaie, on se rend compte qu’elle est plus importante que prévue…

On retourne le parc de fond en comble pour trouver ce qui aurait pu la blesser pareillement. On analyse encore cette flaque de sang mais, à part à l’emplacement de la flaque, il n’y a aucune trace ou tache de sang, de poil ou de crin ailleurs.

Nous expliquons les faits et envoyons photos et vidéos au vétérinaire de garde. Il trouve cela étrange mais nous dit que l’on peut parfois être surpris de comment les juments se blessent.

 

Le lendemain, lundi 15 août, sa plaie était comme dimanche, rien de plus ou de moins.

 

Mais mardi matin 16 août, c’est l’effroi ! Elle saigne et les lacérations sont plus importantes. Sa vulve est carrément tuméfiée et très abîmée de l’intérieur.

Un deuxième avis vétérinaire est demandé et celui-ci confirme l’hypothèse criminelle.

En regardant partout, nous avons émis l’hypothèse que si quelqu’un devait rentrer dans leur parc, la solution la plus discrète serait de passer par la réserve naturelle qui entoure le refuge. En y regardant de plus près, on se rend compte qu’il y a un passage frayé dans l’herbe très probablement causé par un humain…

Nous contactons la police qui prend cette affaire très au sérieux. Ils sont venus au refuge avec la vétérinaire pour constater l’état de la jument et voir où elle aurait pu se blesser. Tous constatent qu’il n’y a aucune manière possible de se blesser pareillement sans l’intervention d’un tiers.

 

Honey est ensuite amenée à la clinique AREDA pour un examen plus approfondi. Voici leurs constatations :

  1. Les blessures internes sont beaucoup plus importantes que les externes, alors que si elle s’était blessée elle-même, les plaies externes auraient été plus importantes que les internes.
  2. Honey se laisse tout faire sans bouger d’un cil. Elle ne tente même pas de donner un coup de pied. 
  3. Son vagin est déchiré très profondément et les muscles sont totalement déchirés. Les blessures ont été commises avec une longue lame tranchante d’au moins 15 centimètres.

Il n’y a plus de doute, c’est l’acte d’un être (in)humain…

 

Honey est restée à la clinique une nuit. Dès son retour le jeudi 18 août, nous avons pris nos précautions en l’enfermant la nuit dans le box, en renforçant notre système de surveillance et en organisant des tours de garde pendant la nuit… 

Le lundi suivant (22 août), Honey n’allait pas bien du tout : elle avait de la fièvre et était apathique. Nous l’avons ramenée à la clinique AREDA car elle faisait une infection du sang. Ils ont pu la soigner et l’ont gardée une semaine complète. 

jument mutilée

La police est très impliquée dans cette affaire et ne laissera pas passer un détail. Le service des affaires vétérinaires aussi, ainsi que les divers vétérinaires de la région. 

Afin de ne pas compromettre l’enquête en cours, nous avons gardé le silence dans un premier temps. Puis le Nouvelliste nous a contacté le 30 août suite à l’article de la jument mutilée dans le canton de Fribourg. Nous avons finalement accepté de parler d’Honey en se disant que l’article de la jument de Morat avait déjà mis le pied dans la fourmilière et que, peut-être, d’autres personnes pourront prendre leurs précautions ou annoncer d’autres cas qui n’étaient pas connus, ce qui pourrait potentiellement faire le lien et maximiser les chances de l’attraper…. Tout au moins nous l’espérons !

On ne compte plus les heures de sommeil perdues, les nuits blanches à faire le guet, les litres de larmes qui ont coulé pour notre douce Honey, les crises d’angoisses qui nous prennent tou.te.s à tour de rôle, les scénarios imaginés, les questions posées: pourquoi? Qui? Comment? Etc… Cette épreuve est une pilule difficile à avaler pour tout le monde ici, d’autant plus quand on connaît la douceur de cette jument. C’est une totale injustice et une souffrance qu’elle ne méritait pas. Et encore moins à cet âge…

Nous espérons de tout cœur que ce malheureux personnage soit attrapé et sévèrement puni. 

On a besoin de toutes vos bonnes ondes pour le rétablissement de Mamie Honey !

Merci pour vos nombreux messages et pour votre soutien.

Que justice soit faite pour Honey !!

Article Nouvelliste jument mutilée Saxon

Mise à jour du 27 septembre 2022

Malheureusement c’est encore une triste nouvelle que nous avons apprise la semaine passée mais qui a été divulguée dans la presse ce jour : une autre jument a été agressée à Martigny, à quelques pas de l’ancien lieu de vie du refuge.
Une jument au même profil qu’Honey, douce, docile, imperturbable…

On vit la peur au ventre, nos nuits n’en sont plus et le cœur est lourd de toute cette cruauté…

Alors à toutes les personnes qui détiennent des chevaux, surtout des juments visiblement, faites très attention. Ils ont agi cette fois-ci dans le box de la jument, là où l’on pense tous qu’ils sont « plus en sécurité »…

N’hésitez surtout pas à signaler à votre vétérinaire et à la police toute blessure suspecte et aussi un comportement inapproprié et inopiné : peut-être ont-ils essayé sans y parvenir et le cheval en est choqué/perturbé…

Force et courage à tou.te.s, vous les ami.e.s des chevaux

Article Nouvelliste nouvelle jument agressée en Valais

Mise à jour du 2 octobre 2022

Merci à Marion Police de Canal9 pour ce petit reportage qui explique très bien ce qui s’est passé et qui met en lumière l’importance de protéger vos chevaux et prendre cette affaire au sérieux.

Reportage Canal9 Agressions zoophiles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats